Gamification : retour sur le dossier chaud de l’été dans Stratégies Magazine

Retrogaming, jeux-concours, Serious Game, advergame… Comment faire abstraction du jeu ? Sous toutes les formes, il a envahi notre quotidien. Candy Crush et ses 480 000€ de recettes par jour, cela vous dit quelque chose ?

 

Retrogaming, jeux-concours, Serious Game, advergame… Comment faire abstraction du jeu ? Sous toutes les formes, il a envahi notre quotidien. Candy Crush et ses 480 000€ de recettes par jour, cela vous dit quelque chose ? Les marques ont d’ailleurs compris l’enjeu. Selon Gartner, elles devraient être près de 70% (parmi les plus importantes) en 2014 à avoir au moins une application de gamification. Que ce soit dans leur programme de formation,  pour recruter ou pour engager leur communauté, la ludification a un bel avenir devant elle. Point sur l’état du marché.

 

Gamification : retour sur le dossier chaud de l’été dans Stratégies Magazine

 

Le jeu-concours : toujours aussi prisé par les marques !
Aujourd’hui utilisé par les entreprises de tous secteurs, le jeu marketing est un bon moyen de communiquer «de façon sympathique et avec des budgets restreints [de quelques milliers à 30 000 euros en moyenne]», rappelle Philippe Ingold, fondateur de Promo Research. Traditionnellement plébiscité par les spécialistes de la vente par correspondance et les marques de grande consommation, le jeu a évolué et sert dorénavant toute une palette d’objectifs : augmentation de la notoriété, création de trafic, qualification de prospects ou encore fidélisation client…

Lire la suite de l’article sur Stratégies.fr : http://bit.ly/1e6mhDk

 

Gamification : le nouvel eldorado des marques ?
La gamification, qui est l’application de mécaniques ludiques issues du jeu à d’autres domaines, crée une expérience qui n’est pas une fin en soi, contrairement à un jeu vidéo. C’est un outil qui vise un objectif extérieur au jeu, comme impliquer ou motiver le joueur. Ce doit donc être une expérience globale qui ne se limite pas à un média. Cependant, on retrouve bien souvent sous cette appellation les « advergames », ces jeux nés avec internet et reposant sur un scénario, des personnages et un environnement graphique qui mettent en valeur l’univers de la marque, comme Perrier avec le jeu Secret Place ou Nissan avec le Timegram. De même que sont estampillés gamification, les social games, les jeux les plus chronophages des réseaux sociaux, comme Farmville ou Candy Crush, dont les marques s’emparent désormais, comme Fanta avec King of the park, Wonder Fnac réalisé pour la Fnac ou encore Mini avec Mini maps, qui a remporté un Lion d’or à Cannes en 2012.

Le but de la gamification, peu importe le support ou la manière de la mettre en place, est de créer une expérience suffisamment motivante pour que le joueur ait envie d’y passer du temps, et donc de côtoyer la marque.

Lire la suite de l’article sur Stratégies.fr : http://bit.ly/1cxEd8c

 

Du Serious Game à la gestion de communauté
Avec 19000 joueurs, qui ont consacré en moyenne 51 minutes par jour pendant trois semaines à jouer, en avril dernier: « Ace Manager », le jeu sérieux de BNP Paribas, qui vient de terminer sa cinquième saison, est devenu, au fur et à mesure, un média plus qu’un simple jeu…
Lire la suite de l’article sur Stratégies.fr : http://bit.ly/19bErQj

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité du dossier Spécial Jeux sur le site de Stratégies.fr

Post comment