Le Serious Game : « une brique parmi tant d’autres »

Quel est l’avenir du Serious Game ? C’est la question posée le 27 mars lors du salon E-learning à la conférence « Serious Games : une approche en devenir ? ». Perçu comme un outil révolutionnaire ces dernières années, les jeux sérieux n’ont pas encore tenu toutes leurs promesses. Les intervenants de cette conférence, Christophe Lobert (responsable Pôle média, GNFA), Philippe Chatellier (Ingénieur pédagogique, KTM Advance), Yann Teyssier (Président, Itycom) et Marie-Julie Pecoult (Ingénieur Avant-Vente, Diginext) font le même constat : le Serious Game reste un outil qui doit s’intégrer dans un cursus pédagogique global. Voici les principaux enseignements de cette conférence passionnante sur l’état des lieux et les perspectives d’avenir du Serious Game en France.

 

Serious Game EDF

 

Le Serious Game, jeu ou véritable outil pédagogique ?
Revenons tout d’abord sur l’étymologie du mot Serious Game. Pour certaines entreprises, proposer un Serious Game à ses collaborateurs n’est pas compatible avec la politique de leur organisation. En effet, le jeu n’aurait pas sa place en entreprise. Afin de faire face à ses inquiétudes, on parle plutôt de simulation 3D ou de jeu de rôle 3D en mettant en avant la visée pédagogique. Contrairement au learning game où l’apprenant suit un chemin idéal, le Serious Game doit laisser continuer l’apprenant quel que soit son choix afin qu’il mesure l’impact de ces décisions. L’objectif est d’apprendre par l’expérimentation et par conséquent le jeu se construit autour des connaissances acquises et des erreurs commises.

 

Le Serious Game : un outil complémentaire pour sa formation
Est-il encore nécessaire de rappeler les avantages du Serious Game ?  Immersion de l’apprenant dans un environnement virtuel, réduction des coûts de formation, réutilisation et déclinaison des missions… Aujourd’hui, les entreprises connaissent et ont assimilé les bénéfices du jeu sérieux.  Néanmoins, reste à savoir comment intégrer cet outil dans leur stratégie de formation. Plusieurs pistes ont été évoquées par les intervenants. Le Serious Game doit s’intégrer dans une logique d’apprentissage plus globale. Afin de maximiser son efficacité, il s’agit de combiner jeu sérieux et formation en présentiel. Le Serious Game peut ainsi être utilisé avant la formation en présentiel, pendant et bien sûr après. Pour conserver l’attention de l’apprenant, la meilleure tactique serait de miser plutôt sur une montée en niveau de complexité que sur un Serious Game de longue durée. Plus de missions pour une durée de jeu plus réduite !

 

Quel Serious Game pour une stratégie efficace ?
Le recours aux jeux sérieux part d’un constat : la formation en présentiel coûte cher. Cela répond également aux besoins de préparer les collaborateurs avant même que les produits soient sur le marché. Alors, pour quelle stratégie d’intégration optée ? Tout dépend de l’objectif de l’entreprise. L’organisation cherche-elle à augmenter ces bénéfices ? Faut-il améliorer la satisfaction de l’apprenant ?  Comment faire évoluer les pratiques et les comportements ? Se poser les bonnes questions orientera résolument le choix du modèle de Serious Game.

Le Serious Game sur mesure constitue une des meilleures solutions grâce à une personnalisation du scénario en fonction des composantes métiers de l’entreprise. Son inconvénient : il peut coûter cher de prime abord, même si la rentabilité est plus importante. Mais l’entreprise peut également opter pour un Serious Game « sur étagère ». Dans ce cas, un contenu standard est proposé par le prestataire. Le prix est plus accessible car ce dernier a déjà mis en place ce format de Serious Game pour une autre organisation et en a fait un générique… mais les problématiques traitées sont plus souvent d’ordre managérial que technique. Cela ne peut donc pas convenir à tout type d’entreprise. Enfin, il reste toujours la possibilité de créer son propre Serious Game à l’aide d’un outil-auteur.

 

Des perspectives encourageantes
L’heure est résolument à la multimodalité. Un Serious Game efficace doit pouvoir s’adapter aux différents supports comme les tablettes et les smartphones. Ainsi, les apprenants peuvent par exemple travailler en direct sur leurs tablettes et poursuivre l’expérience via l’application après la formation.

Faire la promotion de son Serious Game est également une belle occasion de communiquer en interne et en externe. Un teaser ou un mini-film du jeu peut permettre de créer une émulation en interne et éviter aux collaborateurs d’aller à reculons à la formation. En externe, c’est un bon moyen de faire parler de soi en mettant en avant un contenu vidéo attractif et pertinent à visée pédagogique.

Pour résumer, le succès d’un Serious Game réside dans la réflexion menée en amont par l’entreprise sur ses composantes métiers. La réussite d’une stratégie de formation intégrant le jeu sérieux doit aussi s’appuyer sur un relais en présentiel. Et à l’avenir, pourquoi ne pas intégrer de l’Intelligence Artificielle pour rendre l’expérience encore plus immersive ?

Si vous souhaitez réagir aux propos tenus lors de cette conférence, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

3 Comments to “Le Serious Game : « une brique parmi tant d’autres »”

Post comment