Quand les Serious Games responsabilisent les banques

Avec Simustar, le secteur bancaire a dorénavant son Serious Game. Et ce sont les emprunteurs qui vont en bénéficier ! Oui, car ce jeu sérieux permet d’améliorer les compétences des prêteurs en simulant des situations réelles de crédit. Découvrons les spécificités de ce Serious Game.

 

Quand les Serious Games responsabilisent les banques

 

Un jeu sérieux pour prendre les bonnes décisions
Simustar, développé par Omega Performance en partenariat avec Caspian Learning, est un serious game de simulation de crédit destiné au marché américain visant à modifier les attitudes des prêteurs dans le secteur bancaire. En effet, ce jeu sérieux met les prêteurs face à des situations réelles où la collecte d’informations et l’interprétation des données sont primordiales. L’analyse de la situation doit aider le prêteur à prendre la bonne décision : accorder ou refuser le prêt en fonction des risques.

 

Un serious game basé sur des situations réelles
Ce jeu (très) sérieux permet de s’assurer que les prêteurs ont les bonnes connaissances et compétences. Ainsi, les joueurs travaillent avec une équipe de collègues virtuels qui aident le joueur au travers de réunions et de conversations et qui lui permet d’analyser les données financières et par conséquent de prendre la décision adéquate pour la structuration du prêt.  Les joueurs peuvent également rencontrer des prospects pour poser des questions. Afin de rendre le jeu plus réaliste, Simustar utilise des études de cas issues de situations réelles et fournit une bibliothèque de scénarios complexes pour confronter l’apprenant à toutes situations.

 

Un graphisme et une ergonomie qui laissent à désirer
Simustar est un serious game fort intéressant dans son concept mais celui-ci souffre d’une réalisation graphique et d’une ergonomie particulièrement médiocres. Ce n’est pas pour faire du chauvinisme mais il faut tout de même reconnaître que les éditeurs français de jeux sérieux sont bien meilleurs en termes de graphisme et d’ergonomie. La France occupe d’ailleurs la deuxième place des pays producteurs de Serious Game derrière les Etats-Unis (étude IDATE, « Serious Games : enjeux, offre et marché « , janvier 2012).

Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les réalisations de Serious Games des principaux acteurs français. Ainsi, KTM Advance, Daesign, Succubus Interactive ou encore Serious Factory proposent des simulations d’une grande qualité graphique. La différence est également très nette au niveau du réalisme des avatars utilisés dans les jeux. Cette exigence française dans le design et l’ergonomie permet de favoriser l’immersion dans le jeu et entretient l’attractivité des Serious Games.

 

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de l’article sur le site Serious Game Market (26/04/2013)

Post comment